Mon fils

Mon fils retient très bien toutes mes promesses. Son journal de bord interne ne laisse filer aucun manquement. On peut dire que dans cette maison, on a intérêt à marcher au pas OU à garder son sens critique en vue à tout instant.

Mon fils n’a pas l’âge de claquer la porte. Apparemment, ce petit bonheur de la vie devra encore attendre une dizaine d’années (laissez-moi croire que j’ai encore 10 ans devant moi avant l’adolescence…). Par contre, il maîtrise très bien quelques techniques de tyrannie ordinaire. Hurler, bouder, négocier, pleurer, appeler papa, raconter n’importe quoi avec conviction (“On devait aller manger un petit pain au chocolat aujourd’hui sur l’autoroute.” C’est ça oui, en licorne peut-être ?) J’ai de la chance avec ce môme cela dit, il réussit de plus en plus à nuancer les situations délicates.

kids craie

Mon fils, ce diplomate

Ce soir, un ami dort à la maison. Cet ami dort dans le canapé convertible.Mon fils dort dans sa chambre, à l’étage.

  1. Premier angle d’attaque de mon fils : “Je voudrais dormir en bas.”
  2. Deuxième angle d’attaque : “On avait dit que je dormirais en bas un jour.”
  3. Troisième tentative : “Il y a très longtemps…Tu … m’avais (Trémolo inclus dans la voix)… promis qu’on dormirait cette nuit en bas.”

Tout ça en quelques minutes secondes. Il ose tout, et c’est à ça que je le reconnais.

J’adore projeter l’effort intellectuel/intelligence émotionnelle de mon fils. Il essaie, il va par ici, par là. Il appuie sur des boutons, et regarde si ça marche. En discutant avec mes clients en séance de coaching, j’entends souvent parler de ses petits congénères : tous pareils ou presque. Eux, enfants, et nous les parents. On vit tous, souvent, ce moment de négociation agrémenté d’émerveillement à la sauce Tu m’agaces, il est l’heure de dormir. Mon fils, ce diplomate, trouve le moyen de faire vibrer un peu ma fierté de le voir aborder ses problématiques sous plusieurs angles, tout en jouant sur un fond de culpabilité (ben oui, je pourrais lui dire qu’on va dormir en bas demain, mais je préfère dormir dans mon lit).

mon fils maman

Intermède : je ne doute pas que votre/vos enfant(s) soient merveilleux.

Mon sens critique me dit de couper court à cette arnaque de la dernière minute. En effet, la plainte du soir est l’une des plus acrobatiques : si on la gère mal, on peut être parti pour une discussion sans fin ou un coucher dans les larmes. Or, à 20h – 20h30, avouons qu’on a plutôt envie d’une soirée en amoureux qu’une réunion au sommet avec la descendance… Mais lui on dirait qu’à ce moment-là, il voudrait encore une petite dose de parents…

Mon fils, ce fourbe

Nous avons découvert une chaise devant le placard à biscuits. Dans un premier temps, nous n’avons pas soupçonné quoi que ce soit. Puis, nous avons trouvé les disparitions de biscuits étonnantes (on est plutôt du genre à ne pas se servir de biscuits dans la maison). En allant à la pêche à l’info, nous avons constaté que le petit menton de notre fils tressaillait.

– As-tu mis la chaise devant l’armoire pour prendre des biscuits en douce ?
– C’est quoi en douce ?

– En cachette.
– Mais… (menton qui tremble)… Je n’ose pas vous le dire parce que vous allez vous fâcher.

mon fils mentir

J’aime voir ses chemins de pensée. Mon fils pour l’instant, il ne crée que des mini-crises familiales. Le voir douter de la pertinence de l’aveu, c’est comme  mettre en marche une sorte de shaker intérieur en nous : il a peur de nous parler ? On le prive trop de trucs sucrés ? Depuis combien de temps nous ment-il ? Et lui, en fait, quand on le confond, il avoue, puis va chercher sa réserve sous son coffre à jouets, ramène l’objet du larcin et nous le propose. Son ascenseur émotionnel va très vite. Ça aide à relativiser les gros chagrins qu’on peut avoir en tant qu’adulte.
Toutefois … Je vous avoue que parfois, je questionne le pourcentage de manipulation bienveillante dans tout le cycle 😉

Mon fils, sa bataille

Tout le monde a un avis sur l’éducation. (Hein oui ?) On a même tous un point de vue sur l’éducation des enfants des autres (qui font moins bien mais qui nous disent comment faire 😉 ). J’ai entendu des avis sur la personnalité de mon fils dès sa naissance, et croyez-moi, ce n’est pas une expression. La réalité, c’est que à chaque fois qu’on me sort une caractéristique, je divise au moins en deux mon cerveau :

  1. Est-ce que ce commentaire me fait plaisir ? (on n’a que le bien qu’on se fait)
  2. Est-ce que ce commentaire l’aiderait si il l’entendait ?

maman conseil enfant

Tout à l’heure, le papa de quatre enfants dont le dernier a 15 ans me disait qu’on fait toujours mal. Là-dessus, je peux parier. Je ne sais pas ce que mon fils me reprochera plus tard. Je ne sais pas ce qui va l’animer, lui donner des ailes, l’aider à aller vers ce qui lui tient à cœur.
Mais je sais que les promesses que je lui fais, j’ai intérêt à les tenir. Une de ses manières de nous éduquer, nous ses parents, c’est de nous voir assumer ce qu’on lui a fait miroiter. (*)

Avec ce papa de quatre enfants, nous nous demandions donc ce que notre/nos enfants nous reprocherons. Nous nous disions aussi que l’important est de rester à la même place dans leur vie, avec conviction, même quand ils boudent, hurlent, appellent l’autre parent, claquent les portes (dans 10 ans, donc, pour moi hein)

Mon fils, ce carnet de notes ambulant

Une cliente me disait qu’elle avait essayé les punitions mais que cela n’avait pas marché. Ses enfants n’écoutaient pas. En séance, ses enfants commentent “On s’en fiche, on ne fait pas les punitions et elle ne dit rien.” Et je vois le visage de cette femme, cette maman, qui a beaucoup de choses difficiles pour l’instant à gérer dans sa vie, et qui me dit que pour l’instant, elle n’a plus l’énergie de rien.

Je me demande comment on vit le fait d’être maman de grands enfants. Mais une chose me touche dans la dynamique : la force d’être congruent. Pas toujours facile ou disponible. Pendant ce temps, nos enfants se racontent bien ce qu’ils veulent.

fils maman histoire

Mon fils est le comptable de mes promesses. Il compte sur moi pour raconter (c’est à dire prendre les jouets et faire une histoire dans laquelle l’intrigue – grosso modo – se résume à qui est copain avec qui et qui frappe qui), pour dormir en bas, etc. C’est encore assez simple.

Je vis un peu entre deux carnets : celui de mon fils et le mien. Dans le sien, il y a une liste de trésors à trouver et de moments magiques à vivre (Boum, paf, le diplodocus est tué par les flammes de feu du dragon mais il revit juste après). Un agenda loufoque avec des dates improvisées (il n’est pas encore top niveau planification). Dans le mien, je n’ose pas vous dire tout ce que je consigne que j’aimerais nourrir chez lui…

fils force

Seb Duthoit, dans sa chanson Le petit nouveau, il dit ceci :

Petit nouveau
rien ne le pousse
à devoir être le premier
il se donne il sait pas compter

En fait, c’est ça : il ne compte que sur nous. Mais de lui, il n’est pas économe.

mon fils cadeau

* : Service mémo : aller manger le pain au chocolat sur l’autoroute.

 

Related Posts
mode-hiver-2018

Discussion about this post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *