Quand notre image devient publique

Notre présence sur le web ne nous appartient pas.

Les soi-disant déclarations affirmant que En vertu de blah-blah… nous protégeraient de l’utilisation de nos données sont un leurre : en réalité, le web est trop vaste et les accords contractuels en caractère 4 de nos inscriptions en ligne sont passés trop vite. Ne vous trompez pas sur le propos : aucun anti-web ici. Mais force est de constater que ce grand monde numérique a la mémoire tenace et qu’il est peuplé de curieux sans limites. Vos photos, vos messages, vos contenus et vos visites restent accessibles, à moins de vous protéger un maximum (en ne diffusant pas, essentiellement).

Vertige

En me cherchant sur internet, je vois encore des questions postées sur des forums il y a trois vies de cela, pour un emploi dont j’ai moi-même oublié la réalité quotidienne. Si j’avais su à cette époque que les quelques secondes passées à envoyer une question à la communauté de ce forum resterait visible des années plus tard : j’aurais utilisé un pseudo (non, non, petits coquins : ce n’était pas une question honteuse).

Sachant qu’une malheureuse et anodine action reste des années, qu’en est-il de votre travail à vous ? Vous qui travaillez tous les jours, en tant qu’employé d’une boîte qui vous tient à cœur ou en tant qu’indépendant, que véhiculez-vous sur la toile ? Quelle est votre vie publique ? Vous êtes-vous déjà googlé ? (allez-y, je vous attends ;).

Votre présence et votre absence

La veille et le community management servent précisément les entreprises dans ce domaine. Ces deux services permettent de contrôler votre image publique sur le web. Mais il y a aussi une autre raison à effectuer ces deux types d’action : votre absence peut également vous coûter cher. En effet, quand vous ne parlez pas de vous et veillez à être absent d’internet, il se peut que d’autres se chargent de parler de vous.

Mauvaise pub

Je me rappelle un ami me demandant de parler de son activité sur un site reprenant les commerces de son secteur d’activité. Il venait de subir une série de mauvaises critiques sur ce site et comprenait l’urgence de publier d’autres avis sincères sur son travail, pour rétablir la vérité et la bonne réputation de sa marque.Cet ami effectue son travail avec sérieux, il offre un service de qualité, réalisé avec soin et avec cœur. Il lui aura suffi d’une poignée de clients mécontents pour lui nuire sur un site de recommandation en ligne. Les plus hargneux ont la plume facile (allez voir les commentaires sur les sites d’information, si vous avez un doute). Régler ses comptes en ligne est facile pour un mécontent, d’autant plus si c’est un lâche. Mon ami a été pénalisé par une succession d’événements mal compris et mal gérés : mal gérés car il n’avait pas eu l’information de l’insatisfaction de ses clients. Ses clients auraient pu se plaindre sur le moment-même mais ont préféré déblatérer en ligne afin de ternir la réputation du lieu. Dommage. Mais humain. Et fréquent.

N’attendez pas que d’autres se chargent de parler de vous

Si ils le font en bien, c’est magnifique et tout bénéfice de voir vos clients s’enthousiasmer sur les réseaux sociaux. Mais restez maître de votre image publique et veillez à créer des supports de communication qui vous permettent de vous présenter vraiment, et en personne. Ces supports seront aussi le lieu d’où vous pourrez échanger avec vos clients. Car le web n’est pas censé ne parler – même en bien – que de vous ; vous êtes censés voir et interagir avec les internautes. C’est aussi le seul moyen de régler les problèmes en les ramenant dans l’intimité d’un dialogue personnel, ce qui est tellement plus élégant.

 

 

Related Posts
mode-hiver-2018

Discussion about this post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *